L'augmentation des primes assurance hospitalisation ont des caractéristiques spécifiques

Pour l'assureur, l'augmentation de la prime n'est pas une simple indexation. D'autres éléments doivent être pris en compte.

Dans le passé, il y a eu beaucoup de discussions sur les augmentations de primes d'assurance hospitalisation que les compagnies d'assurances appliquaient. Entre 2004 et 2009, certaines compagnies ont augmenté leurs primes de 300%. C'est pourquoi des tentatives ont été faites pour réglementer tout cela.

Pourquoi est-ce comme cela ?

- Tout d'abord, il y a l'indexation classique. Les prix augmentent, les primes doivent donc également être adaptées. En cas d'hospitalisation, l'évolution des prix des soins de santé doit être examinée de près. Ces prix sont finalement des accords conclus par l'INAMI (Institut National d'Assurance Maladie Invalidité).

- Un index médical spécifique est crée afin que l'indexation des prix ait une bonne base.

- Lorsque des économies doivent de manière générale être faites, c'est également le cas pour la sécurité sociale et plus précisément pour les dépenses en soins de santé.

Etant donné que les assurances hospitalisation paient ce qui n'est pas remboursé par la sécurité sociale, si la sécurité sociale doit faire des économies, les coûts de l'assureur eux augmentent.

Cela donne également lieu à une augmentation des prix assurance hospitalisation sur une base régulière.

- Nous savons tous qu'avec l'augmentation de l'espérance de vie, les coûts d'hospitalisation augmenteront avec l'âge. Au plus vous êtes âgé, au plus les coûts d'hospitalisation sont élevés. Aujourd'hui l'augmentation de l'espérance de vie ainsi que la qualité de la vie à un âge plus avancé restent encore flous. Les coûts d'hospitalisation risquent encore d'augmenter mais il est difficile d'estimer de combien.

L'ensemble des primes perçues par les assureurs aujourd'hui ne sait pas augmenter à cause du pourcentage d'augmentation des frais médicaux des seniors. Les assureurs vont devoir faire des réserves pour pouvoir couvrir le vieillissement de leurs assurés. Ces réserves existent aujourd'hui mais sont elles suffisantes ?

Les assureurs tiennent-ils suffisamment compte du vieillissement de la population ?

Il est fait en sorte que les assurés actuels puisse continuer à être assuré même une fois l'assurance de groupe terminée par exemple. Le nombre d'assurés va donc rester le même mais l'évaluation de la hausse des coûts de l'assureur, basée sur le vieillissement de la population (et donc une plus grande chance d'hospitalisation) contient de nombreux éléments inconnus. Une hausse des prix assurance hospitalisation n'est donc pas exclue dans le futur.